De 1955 à 1990

ROSA PARKS ET LE BOYCOTT DES BUS DE MONTGOMERY 

            Le 1er décembre 1955, Rosa Parks, employée noire, refuse de céder sa place à un Blanc dans le bus ; elle est arrêtée par la police. En réaction, des activistes noirs se lancent dans un boycott des bus de la ville, boycott efficace puisque les bus se retrouvent pratiquement vides dans les jours qui suivent. Rosa Parks est cependant jugée, reconnue coupable et condamnée à payer une amende. Ses avocats font appel. Pour coordonner les efforts des activistes, les leaders noirs et les pasteurs de la ville créent une association que préside le pasteur noir de 26 ans Martin Luther King. Il met dès lors en place des ateliers pour former les Noirs à la non-violence et les entraîner à faire face à toute hostilité dans un esprit d’ « amour et de bonne volonté », tandis que des Blancs reprennent violences et attaques : les églises noires, les maisons des militants sont brûlées. En 1957, plus de 60 pasteurs noirs forment la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), présidée par Martin Luther King. Les Noirs sont de plus en plus nombreux à s’engager dans la lutte.

 

LITTLE ROCK 

         En Arkansas, la capitale Little Rock a déségrégué l’université, les bibliothèques, les parcs et les autobus ; de plus, 33 % des Noirs en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales, ce qui est relativement élevé pour une ville du Sud. En profondeur cependant, les rapports interraciaux sont limités au strict minimum.  

        En 1957, un seul lycée de la ville accepte d’inscrire quelques élèves noirs : 9 élèves soigneusement triés par l’administration. Devant la lenteur du processus, la NAACP réclame une intégration immédiate, porte plainte, mais perd le procès. La veille de la rentrée scolaire, le gouverneur Faubus mobilise la Garde nationale de l’Etat autour du lycée et avertit que si les élèves noirs tentent de rentrer dans le lycée, « le sang coulera dans les rues ». Aucun des neuf noirs ne parvient à pénétrer sur le campus, mais sous les conseils des militants ils refusent de retourner dans un lycée noir. Le 25 septembre, Eisenhower envoie les troupes fédérales : armée, jeeps, hélicoptères et parachutistes assurent l’entrée dans le lycée des neuf Noirs… Quand les militaires se retirent quelques jours plus tard, les étudiants subissent coups et insultes à l’intérieur de l’établissement. En 1960, à la Nouvelle-Orléans, des émeutes éclatent suite à l’intégration de 4 petites filles noires dans une classe de cours préparatoire.

 

LES PRINCIPAUX ÉVÈNEMENTS:

     Au début des années 60, la tendance ségrégationniste perdait de l'ampleur. Cependant l'inégualité entre les Blancs et les Noirs était encore trop importante et les émeutes reprire de plus belles en particulier dans les États du Sud.

    Le 1er Février 1960, 4 étudiants noirs s'installent au comtoir d'une cafétéria blanche en Caroline du Nord et refuse de s'en aller, le lendemain ils seront 20. Puis le 5 février, se seront 400 étudiants faisant un Sit-in devant ce même comptoir.

    En 1960, les cafétérias YWCA ("Young Women's Christian Association" ou Association de jeunes femmes chrétiennes) d'Atlanta ont ouvert leurs portes aux Afro-Américains, devenant ainsi les premiers restaurants publics de la ville à ne pas pratiquer la ségrégation.

    Le 15 septembre 1963, un attentat à la bombe du Ku Klux Klan contre l'église baptiste de la 16e rue pendant la prière provoque la mort de quatre jeunes filles noires et blesse 22 enfants. L'attaque provoque l'indignation nationale et renforce le mouvement des droits civiques. (voir images ->)

    Le 2 juillet 1964  la signature de l'Acte des Droits Civique met fin à la ségrégation dans tous les services publics des États-Unis. (voir photo ->)

    En 1967, la Cour suprême juge anticonstitutionne  lles la loi interdisant les mariages mixtes entre individus de couleur différentes.

 

 

L'ÉDUCATION:

        Une infériorité qui perdure, notamment à cause de la difficulté d’accès à l’éducation. En effet, si la ségrégation scolaire a été abolie (1908), il n’en reste pas moins que dans les faits les élèves restent séparés en fonction de leur couleur de peau. Une ségrégation qui ne s’effectue plus seulement entre les seuls blancs et noirs mais inclue désormais les latinos et les asiatiques et s’applique en fonction du milieu social. Au début de 1963, il n'y avait que, dans le Sud, environ 9% d'étudiants noirs dans les écoles intégrationnistes.  

      Les politiques de "busing", entamées à partir de 1971, visaient à brasser les élèves, à les emmener, dans les fameux bus jaunes (voir ci-contre), étudier en dehors de leur quartier. Mais devant l’opposition des parents blancs, le « busing » a été démantelé progressivement dans les années 80. Le fait que cette politique soit inéfficace demontre bien que le gouvernement est impuissant face à la population blanche car il ne peut changer les mentalités aussi rapidement.

  

 

SÉGRÉGATION RÉSIDENTIELLE:

        Lorsque la Commission Kerner, après les émeutes raciales de 1960, rendait son rapport en mars 1968, ses conclusions étaient que les États-Unis allaient vers une société double, l'une noire, l'autre blanche, séparée et inégale. L'une des raisons majeures à ce fait, identifié par la commission, était la grégation résidentielle.

       Bien sûr la ségrégation résidentielle par race a été plus faible en 1980 qu'elle ne l'était en 1970 ou en 1960, mais il n'y avait presque pas d'amélioration en matière d'intégration au cours de la décennie précédente. 

      Une étude des tendances de la ségrégation résidentielle dans les années 1970 s'est basée sur les données obtenues des voies de recensement de 1960, 1970 et 1980 de la population et du logement sur le niveau des régions métropolitaines statistiques dans 11 États. Elle a mesuré l'exposition à des membres d'un autre groupe racial. Les résultats indiquent la redistribution de la population blanche vers les quartiers plus intégrée accélérée dans les années 1970 et une proportion importante de la population noire qui s'est éloigné et a créé des ghettos, où l'exposition de race blanche était relativement faible. La ségrégation des Noirs et des Blancs (les Hispaniques y compris) est légèrement plus élevé dans les zones métropolitaines ayant une population hispanique important, toutefois la ségrégation des Noirs et des Blancs dans ces régions est sensiblement plus élevé. (comme cette image du Maryland

 


DANS LES VILLES DU SUD: EXEMPLE DE BIRMINGHAM

       Cependant, on remarque que dans les villes du Sud la ségrégation fut encore plus violente, pour vous montrer un exemple, nous allons expliquer l'histoire de l'une de ces villes : Birmingham dans l'état d' Alabama qui représente l'exemple type d'une ville du Sud.

       En 1960, la population de Birmingham est de 350 000 personnes, à 65 % blanches et 35 % noires. À cette époque Birmingham est une des villes qui maintient et assure par la loi locale la plus grande ségrégation raciale des États-Unis dans tous les aspects de la vie, aussi bien dans les établissement publics que privés.

       En effet dans les années 1960, Birmingham n'a ni officier de police noir, ni pompier, ni vendeur en magasin, ni conducteur ou employé de banque. En bref, l'emploi pour la population noire est limité aux seuls travaux manuels aux aciéries. La ségrégation raciale est telle qu'une secrétaire noire ne peut travailler pour un patron blanc. Le chômage des noirs était aussi deux fois et demi plus élevé que celui des blancs. En outre, 50 attentats racistes non élucidés entre 1945 et 1962 ont donné à la ville le surnom de « Bombingham ». Les églises noires où les droits civiques sont discutés sont des cibles privilégiées et la ville est particulièrement violente contre les Freedon riders. 

       Le 2 mai 1963, dans cette même ville, des centaines d'étudiants, lycéens et écoliers sont préparés et entraînés à participer pacifiquement aux manifestations. Ils sont arrêtés de manière violente par la police qui utilise des chiens, mais aussi des jets d'eau à haute pression d'une telle force qu'ils pouvaient déchirer les vêtements ou projeter une jeune femme par dessus une voiture. En réaction et malgré les instructions du SCLC , des parents et des passants commencent à jeter des projectiles sur la police mais sont raisonnés par les organisateurs. (voir ci-contre ->)

→ Les scènes de violences policières largement relayées par les média causent des réactions internationales et mettent en lumière la ségrégation raciale ayant lieu dans le sud des États-Unis. Le sénateur de l'Oregon de l'époque compare même Birmingham à l'apartheid en Afrique du Sud. Les prisons sont pleines, certains enfants se présentant directement devant elles en chantant pour être arrêtés. La ville est au bord de l'effondrement civil et économique car aucun commerce du centre ville ne fonctionne plus. Le gouverneur George Wallace envoie la police de l'État pour soutenir le chef de la police locale.

 

 

 

 

Commentaires (5)

1. -^mmm 17/10/2010

[/center][center]
[img][/img]');return false;" rel="nofollow" title="Link">');return false;" rel="nofollow" title="Link">[url][center][/center][u][/u][/b][b][/b][b][/b][b][/b][b][/b][b][/b][b][b][/b]hhh]

2. Mamzelle 19/01/2011

Je crois que je peux réellement affirmer que ce site m'a littéralement sauvé la vie pour mes TPE. Franch'ment, merci beaucoup ^^

3. Zarb'e fille 03/11/2012

pouvez-vous mettre l'histoire de la ségrégation raciale au états-unis globalement en quelque lignes sur votre site svp.

4. sottobsessy (site web) 07/01/2013

join free dating members match email http://loveepicentre.com/ dancing with the stars dating 2007

5. Anonyme 28/10/2013

Ce site ma sauvez la vie pour mon devoir d'anglais merci!!! :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site